L’éternel renouveau du Garnacha/Grenache européen

Home/Non classifié(e)/L’éternel renouveau du Garnacha/Grenache européen

L’éternel renouveau du Garnacha/Grenache européen

Par Frédéric Arnould

Comment ne pas tomber en amour avec le Grenache, ce cépage Européen si polyvalent qui a toujours su s’adapter aux différents terroirs, techniques de vinification et styles des vignerons. Qu’on l’appelle Grenache ou Garnacha, il est bien plus que ce que certains appellent « le pinot noir du Sud », car le Grenache transcende les modes et gagne sans cesse en popularité !

 Ce cépage est extrêmement répandu dans le monde et comme il est très résistant à la sécheresse, les vins à base de Garnacha méritent l’étiquette de plus en plus recherchée de vins écoresponsables. Nul besoin en effet, de procéder à des irrigations massives comme pour d’autres cépages plus gourmands.

De toutes les couleurs et pour toutes les occasions

On l’oublie peut-être mais le Garnacha ne se limite pas qu’au vin rouge : elle existe sous une grande variété de couleurs.

Tantôt assemblé, tantôt en monocépage, la Garnacha s’exprime merveilleusement dans du rouge, du blanc, du rosé, des effervescents, des liquoreux et des Vins Doux Naturels. Bonne nouvelle : on peut très bien passer une soirée entière à ne boire que du Grenache / Garnacha d’Europe. Un blanc effervescent de Garnacha ou un rosé gourmand pour commencer à l’apéritif, un blanc minéral presque salin pour accompagner une entrée de poisson et un bon rouge pour accompagner une viande grillée, tout est là pour convaincre les amateurs. Sans oublier en fin de repas un vin européen ambré ou rouge muté, dont on apprécie tellement le grenache velouté aux arômes de cassis, de mûres cuites pour bien encadrer un cheddar âgé, des fromages bleus et tous les desserts au chocolat. Ça fait saliver, non ?

Des vins de terroir européens

Cultivé sur les sols sablonneux, on apprécie les tanins discrets du Grenache. Sur des terroirs calcaires en altitude, on raffole de sa fraîcheur et son impression de minéralité. Alors que dans le cas d’une culture dans un sol rocailleux où abondent les galets qui se gorgent de chaleur pendant la journée pour réchauffer la vigne le soir venu, le cépage prendra toute une envergure avec son fruité concentré et profond.

Ajoutez le climat méditerranéen européen à cette diversité de solset vous obtenez le portrait idéal pour produire des vins de haut calibre en provenance de France et d’Espagne.

De plus en plus de raffinement

 Depuis quelques années, tant les producteurs du Nord-Est espagnol que du Sud de la France ont affiné leurs techniques d’élaboration de leurs vins. Le Garnacha a ainsi pu profiter de la modernisation des chais, d’une amélioration continue des normes de production et d’une volonté des vignerons Européens de rester concurrentiels sur les marchés internationaux. Et ce besoin de se renouveler sans cesse fonctionne très bien puisque le cépage continue d’étonner et de convaincre.

Le succès des AOPs et IGPs européennes

Le berceau européen du Garnacha a souvent mis le cap sur la séduction pour convaincre les consommateurs de la polyvalence et de la spécificité de ce raisin provenant d’une vigne reconnaissable entre toutes. Parfois plus que centenaires, les pieds de vignes de grenache sont souvent vus entortillés et travaillés par le temps, symbole d’une impressionnante résistance face au temps et aux obstacles.

Que ce soit dans le Nord-Est de l’Espagne ou encore dans la région aragonaise de Somontano, il s’agit de l’endroit phare du renouveau de ce cépage où le climat continental est tempéré par la chaîne des montagnes Pyrénées, offrant à la vigne des différences de températures entre le jour et la nuit, ce qui confère au vin une belle complexité.

Massivement planté dans l’appellation Cariñena, le grenache y prospère allègrement que ce soit pour ses vins rouges ou rosés. Là encore, la différence de températures entre le jour et la nuit assure une maturation plus lente des raisins et aide à doter le vin d’une bonne structure. Dans cette région où l’on produit le « vino de las piedras » (vin des pierres), le sol rocailleux capte la chaleur diurne et irradie de sa chaleur les raisins pendant la nuit.

Dans l’appellation Campo de Borja, située entre la Rioja et la Catalogne, cette vigne semble avoir réussi à exploiter les typicités du terroir espagnol, tout en exportant à travers le monde certains des meilleurs rapports qualité-prix de la planète. Et le tempranillo n’a qu’à bien se tenir car les vignerons emblématiques de la région veulent plus que jamais graver les lettres de noblesse de leur Garnacha. Ceux qui apprécient à la fois le style de vinification français et espagnol ont l’occasion de goûter dans cette région l’élégance de la Garnacha avec un petit côté rustique et épicé. Le meilleur des deux mondes, non ?

Et que dire de la garnacha blanca cultivée dans le terroir de l’appellation Terra Alta? Un tiers de la production mondiale du cépage blanc serait concentrée dans cette région. Plutôt délicats au nez, les vins qui surprennent par leur capacité de bien vieillir, ne révèlent pleinement leur potentiel qu’en bouche alors qu’un festival de complexité et d’intensité prend d’assaut vos papilles. Quant à Catalayud, l’intense garnacha rouge se distingue par ses notes de fruits charnus, sa charpente ferme, mais aussi par la minéralité qu’elle dégage, gracieuseté de son terroir d’altitude unique.

Dans le Roussillon, coin magique de la France où domine le Canigou, la montagne sacrée des catalans, on ne peut aussi que s’émouvoir de la culture de la vigne de Grenache. Avec son climat méditerranéen parfait grâce à ses meilleures moyennes climatiques annuelles qui lui accordent 320 jours d’ensoleillement par an, grâce à ses terroirs très variés et un savoir-faire viticole depuis 28 siècles, tout y est pour l’épanouissement de ce cépage qui occupe aujourd’hui près de 38% des surfaces de vignes.

Un exemple d’adaptation ? Il y a plus de 15 ans, les vignerons de l’appellation Maury ont négocié tout un virage, celui qui mène vers les vins secs. La tendance de production a suivi la courbe d’intérêt des consommateursen créant officiellement l’appellation Maury sec en 2011. Cette zone du Roussillon, comme l’ensemble de son vignoble, a ainsi pu contrer la baisse de l’intérêt pour les vins mutés comme le porto, le madère et les muscats. Encore une fois, une preuve de la modernisation des méthodes de vinification afin d’anticiper les aléas du marché et les envies des consommateurs.

Intensité et « buvabilité »

Que l’on aime les vins européens corsés et épicés à la charpente bien bâtie pour déguster en bonne compagnie autour d’une viande braisée, les rouges tout en fraîcheur axés sur le fruit gourmand et gouleyant ou encore les blancs ou rosés soyeux ou vifs, il est assez facile de trouver son bonheur avec le Grenache. Que l’on cherche la « buvabilité » ou pas, ce qui reste dans le verre, c’est l’intensité aromatique et la gourmandise de ce cépage tant en rouge, qu’en blanc, et qu’en rosé.

Et surtout le plaisir sans cesse renouvelé de savourer un bon vin distinctif de qualité européenne.

Frédéric Arnould est passionné de vins.

Désirant faire découvrir au public les richesses du monde vinicole, il est journaliste, chroniqueur, détenteur du prestigieux Diploma du Wine and Spirit Education Trust (WSET) et sommelier accrédité par l’Association Canadienne des Sommeliers Professionnels).

Basé à Montréal, il adore partager ses connaissances et le goût des bons vins sur son site toutsurlevin.ca.

Leave A Comment